École polytechnique


École polytechnique
École polytechnique
Entrée Ecole polytechnique.JPG
Lema «Por la patria, la ciencia y la gloria»
Tipo École d'ingénieurs (EPA)
Fundador Jacques-Élie Lamblardie, Gaspard Monge, Lazare Carnot y Prieur de la Côte-d'Or
Localización
Dirección Palaiseau Francia
Campus Campus du plateau de Saclay
Academia
Profesores 660[1]
Estudiantes 2660[1]
 • Pregrado 2000 ingenieros[1]
 • Postgrado 200 master + 500 alumnos de doctorado[1]
Administración
Presidente Marion Guillou (X73)
Director Général Xavier Michel (X72)
Financiamiento 172 M€ (2010)[2]
http://www.polytechnique.edu

La École polytechnique, también llamada l’« X», es una gran escuela de Ingenieros francesa fundada en 1794 bajo el nombre de Escuela central de trabajos públicos. Posee el statut de establecimiento público de enseñanza y de investigación[3] bajo la tutela del ministerio de defensa,[4] es un miembro fundador desde 2007 de ParisTech, uno de los polos de investigación y de educación superior francés.

La École asegura la formación de ingenieros (500 alumnos por promoción), seleccionados cada año a través de uno de los concursos de admisión más antiguos y más difíciles junto al de la École normale supérieure entre aquellos que preparan los alumnos de clases preparatorias, pero también a través de admisiones paralelas para alumnos universitarios.[5] El diploma asociado a los tres primeros años de la formación es el de ingénieur diplômé de l'École polytechnique desde 1937; desde 2004, la formación en polytechnique dura cuatro años y un segundo diploma, llamado Diplôme de l'École polytechnique, se asocia al fin de esta formación. La École entrega igualmente el diploma de Dóctor de l’Ecole polytechnique (desde 1985) y forma a estudiantes de máster (2004). Los polytechniciens integran mayoritariamente las empresas privadas en Francia y en el extranjero, 20 % entre ellos integran un grand corps de l'État,[6] y un porcentaje significativo sigue en investigación a través del doctorado.

Posee un gran prestigio en el sistema de educación superior en Francia, la École polytechnique se asocia a menudo a la selectividad y a la excelencia académica.[7] Está regularmente a la cabeza en los rankings de las escuelas de ingenieros francesas, posee el primer lugar según l’Express / L'Étudiant,[8] el Nouvel Économiste[9] y Challenges,[10] el segundo lugar, detrás de Mines ParisTech, según Point.[11] Es considerada la institución científica francesa más prestigiosa por el MIT[12] y la universdad de Columbia.[13] Ocupa el lugar,[14] 39 a nivel mundial, 6 en europa y 1 en francia según Times[15] y 209 en el ranking de la universidad Jiao Tong de Shanghai (2010),[16] 14 en el ranking internacional profesional de establecimientos de educación superior . Ocupa el lugar 330 en el ranking 2010 Ranking Web of World Universities que evaluó 12000 escuelas o universidades en función del volumen y de la calidad de sus publicaciones electrónicas.[17]

Contenido

Historia

Al día siguiente de la Revolución de 1789, Francia se encuentra en una situación de caos y con un déficit de ingenieros y de mayores superiores: numerosos oficiales habían desertado, todas las universidades fueron cerradas como consecuencia de un decreto de la convención nacional y la red de transporte del país, descuidada durante varios años, necesitaba de importantes mejoras e igualmente la construcción de nuevas infraestructuras.[18] El Comité de Salvación Pública crea una comisión de trabajos públicos, a través del decreto del 21 ventôse an II (11 de marzo de 1794). Jacques-Élie Lamblardie, Gaspard Monge y Lazare Carnot son confiados a la misión de organizar una nueva « Escuela central de trabajos públicos».[18] El 7 vendémiaire an III (28 septiembre 1794) se crea oficialmente esta Escuela central de trabajos públicos, futura École polytechnique.

La École, instalada en el Palais Bourbon, fue inaugurada el 21 de diciembre de 1794 ante 272 alumnos ya inscritos y ante numerosas personalidades como Antoine-François Fourcroy y Joseph-Louis Lagrange. Luego de una segunda sesión de exámenes, la primera promoción de 400 alumnos debía seguir una instrucción en matemáticas, física y química sobre un período de tres años, pero el establecimiento se enfrenta a numerosas dificultades: los laboratorios no estaban listos, ciertos profesores resultan ser mediocres y los primeros cursos se dictaban a veces ante no más de 30 alumnos.[19] Claude Prieur decide entonces de reformar la École. Rebautzada « École polytechnique» por la ley del 15 fructidor an III (1 de septiembre 1795),[20] se traslada al hôtel de Lassay. El adjetivo « polytechnique», aparece por primera vez en un documento publicado por la misma École, Programmes de l'enseignement polytechnique de l'École centrale des travaux publics, y fue escogido para simbolizar la diversidad de las técnicas enseñadas.[18]

Ministerio de la Educación superior y de la investigación, ubicación de la École polytechnique de 1805 a 1976.

En 1805, Napoléon I dio a la École un statut militar y la instaló sobre el monte Sainte-Geneviève en Paris, en la antigua ubicación de los colegios de Navarre, Tournai y Boncourt, hoy en dia ministerio de la educación superior y de la investigación.[21] Considerando que « es peligroso dar una formación avanzada a gente que no proviene de familias ricas», puso fin a la gratuidad de los estudios imponiendo costos anuales muy elevados y modificó las pruebas del concurso de admisión con el fin de volver indispensable el paso por los lycées, reservados a los niños de la burguesía.[22]

El 13 de abril de 1816, la École es cerrada por indisciplina por Louis XVIII, a través de su ministro del Interior, el comte de Vaublanc. Es recreada el 17 de Enero de 1817 bajo el nombre de École royale polytechnique, para luego tomar el nombre de École impériale polytechnique bajo el Segundo Imperio. A partir de 1830, y hasta la Primera Guerra Mundial, numerosos alumnos de la École polytechnique fueron incluenciados por las ideologias saint-simonienne y positivista. Estas ideas han fuertemente estructurado la economía francesa durante la Revolución industrial.

La École es llamada « X» desde la mitad del siglo XIX a causa de la insignia de la Ecole, dos cañones cruzados, o por asimilación de la predominancia de las matemáticas en la formación de los polytechniciens.[23]

En 1970, recibe un statut civil manteniéndose ligada al ministerio de Defensa. Los alumnos franceces poseen status militar, y la École es dirigida por un general. La admisión de mujeres en esta escuela militar es autorizada desde 1972. En 1976, la École se traslada a Palaiseau (Essonne) donde ocupa actualmente un campus de 186 hectáreas con una superficie construída de 155000 m². 3200 personas trabajan en este lugar, la mitad de ellas en el Centro de investigación.

El prestigio de la École polytechnique en el seno de la educación superior en Francia se debe a su modelo militar-aristócrata inicial,[24] a su cuerpo de eminentes profesores, a sus promociones de tamaño reducido y a su concurso de admisión, que se encuentra entre los más selectivos de todas las escuelas de ingenieros,[25] al origen social de sus alumnos[26] ·[27] como también a la fuerte representación de los polytechniciens en los grands corps de l'État.[28]

El 19 de marzo de 2009, el consejo de administración de la École aprobó la incorporación de la mención ParisTech en el logo oficial de la École, sin que esto cambie su denominación oficial.

Alumnos

Dos alumnas en uniforme.

El campus de la École agrupa simultáneamente dos promociones de 500 alumnos ingenieros (de los cuales 100 son extranjeros) cada una, que llevan el título de polytechniciens, y 450 estudiantes de doctorado (150 cada año) y 100 alumnos de master (50 por año).[29] Los alumnos ingenieros franceses son en casi su totalidad reclutados por un concurso al finalizar las clases preparatorias a las grandes escuelas (CPGE) MP, PC (concurso en común con l'ESPCI ParisTech), PSI, PT y TSI. Los estudiantes que poseen ciertos problemas de salud (en particular, visuales, auditivos, motores) no son autorizados a pasar el concurso de entrada.[30] [31] Entre las escuelas científicas, la admisión a Polytechnique es generalmente juzgada como una de las más difíciles en razón de la baja taza de renuncia de los admitidos. Por ejemplo, hubieron solamente 42 alumnos franceces que renunciaron (alumnos escogidos que decidieron no integrar la École) en MP y PC el 2006 para un total de 331 cupos a entregar, la menor taza junto a la de la École normale supérieure (rue d'Ulm).[32] El 2010, la École acogió 205 alumnos provenientes de MP, 146 de PC, 48 de PSI, 10 de PT, y 5 de TSI. Más de la mitad de entre ellos proviene de lycées Sainte-Geneviève (78 élèves), Louis-le-Grand (73), du Parc (25), Hoche (25), Henri-IV(24) y Pierre de Fermat(19).[33]

Desde el 2000 existe una vía de admisión para los alumnos en tercer año de licenciatura ofreciendo 10 cupos; el 2007, sólo 7 candidatos postularon y el único candidato admitido renunció.[34] Los alumnos de ingeniería internacionales son reclutados ya sea por el mismo concurso que los alumnos franceses (première voie), o bien por selección basada en antecedentes y exámenes escritos y orales (seconde voie), lo que permite reclutar a universitarios internacionales. Dos cupos son propuestos a los ingenieros de nacionalidad francesa que vienen de obtenir su diploma de la école Arts et Métiers ParisTech, con una medalla de oro o de plata. Las condiciones de admisión son las mismas que en las demás filières, salvo por el límite superior en edad; los candidatos deben tener menos de 23 años el 1 de enero del año del concurso.

Contrariamente a la mayoría de las escuelas de ingenieros, el año de la promoción corresponde al año de entrada y no al año de la obtención del diploma.

La selección está inspirada en el sistema de educación superior meritocrático francés: todo alumno, sin importar su situación financiera, puede acceder a las clases preparatorias a las grandes escuelas (CPGE) y por lo tanto a las mejores formaciones de educación superior. Sin embargo esta afirmación no se aplica a los estudiantes con alguna discapacidad o con ciertos problemas de salud, que no están autorizados a pasar el concurso de entrada. Durante la creación de la École, el concurso de entrada había sido creado por la Convención nacional para evitar el favoritismo, de manera de realizar « el reclutamiento sobre la base de méritos individuales», para ser « perfectamente conformes al ideal republicano».[35]

El éxito de los alumnos en la educación y en la continuación de sus estudios está correlacionado positivamente al medio social de sus padres, esta correlación siendo explicada por diferentes factores (condiciones de estudio, cultura del esfuerzo, etc); los alumnos de CPGE pertenecen a categorías sociales de un nivel de educación más alto que la media, y esta composición sociológica se acentúa para los alumnos de la École.[36]

Siendo el elemento más prestigioso del sistema de educación superior francés, la École Polytechnique recibe críticas de sociólogos que evocan un mecanismo de « reproducción social».[37] Pierre Bourdieu habla de « nobleza del Estado» para los alumnos que integran los grands corps de l'État.[38] Para François Furet, « esta discusión dice todo sobre el futuro de la institución: el reclutamiento de los mejores bajo concurso y la ideología meritocrática, la necesidad social de las ciencias y de las técnicas y la formación de élites, la reconstitución del privilegio social por el estado bajo la apariencia de la igualdad» (prefacio de Terry Shinn, L'École polytechnique, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1980). Entre 1815-1829, poco después de su creación, 60 % de los polytechniciens provenían de la alta burguesía (Terry Shinn, op. cit.).

Educación

Fachada de los edificios históricos.

Formación general

La École Polytechnique entrega a sus alumnos una fuerte cultura científica general que forma parte de una larga tradición. Durante los cuatro años de estudio, los alumnos franceses son alumnos oficiales durante la formación inicial de oficial (entre 1 y 3 meses), luego aspirantes hasta el fin de sus estudios. Salen de la École con el grado de sub-teniente.

El ciclo de formación de ingeniero se desarrolla en cuatro años:

  • Año 1:
    • Formación humana y militar de septiembre a abril
    • Tronco común de mayo hasta julio
  • Año 2:
    • Formación multidisciplinaria
    • Práctica de contacto humano (antiguamente práctica obrera)
  • Año 3:
    • Profundización científica de septiembre a abril (elección de un área dominante),
    • Práctica de investigación.
  • Año 4:
    • Especialización: en una École asociada como alumno de ingeniería clásico o como ingeniero de un corps technique de l'État, en segundo año de master, o en una universidad extranjera (Harvard, MIT, Stanford, Oxford, Imperial College, EPFL, ETHZ, etc.).

Las materias fundamentales incluyen modulos en las siguientes disciplinas:

La « dinámica del universo» era una materia obligatoria hasta 1968. En esta fecha, los alumnos reclamaron por el reemplazo de esta materia por la enseñanza de la informática. La astrofísica sigue siendo parte de la enseñanza, perteneciendo a una de las opciones de profundización del tercer año.

Profesores destacados enseñan estos conocimientos. Entre los profesores que han enseñado en la École, se pueden citar: Laurent Schwartz (matemático, fallecido el 2002), Pierre-Louis Lions (matemáticas aplicadas), Jean Audouze (astrofísica), Alain Devaquet (química), Thierry de Montbrial (economía), Jean Salençon (mecánica de medios continuos), Nicole El Karoui (matemáticas financieras), Alain Aspect (óptica cuántica), etc.

La École polytechnique forma igualmente doctores en el conjunto de los dominios cubiertos por los 22 laboratorios de su Centro de investigación. Estas áreas se reagrupan en cinco conjuntos (Matemáticas e informática; Mecánica; Moléculas, del sólido a los seres vivos; Física; Economía y ciencias sociales). Más de 100 tesis son defendidas cada año en el seno de la escuela doctoral de la École polytechnique. Los candidatos a doctor de la École son de orígenes diversos: universidades y grandes escuelas francesas, universidades europeas y extra-europeas. Algunas de las mejores tesis defendidas cada año son distinguidas por el « Prix de thèse de l'École polytechnique».

La graduate school de la École polytechnique propone la preparación de masters en el conjunto de materias fundamentales del establecimiento. De una duración de 2 años, estos masters reclutan de forma que la mitad son alumnos de la École polytechnique (constituyen el tercer y cuarto año de la formación) y la otra mitad son estudiantes que provienen de otros establecimientos de educación superior franceces y extranjeros. Son, en su mayoría, organizados en cooperación con otros establecimientos de educación superior de la Île-de-France (destacando la École normale supérieure, otras grandes escuelas del polo ParisTech, las universidades Paris 6 y Paris-Sud) o en el extranjero. Si bien la mayoría de los masters de la École polytechnique siguen posteriormente una tesis doctoral, un cierto número (notoriamente en ingeniería de sistemas complejos, en management de la innovación o en matemáticas financieras) decide ir directamente al mundo empresarial al finalizar el master.

Formación deportiva

El deporte ocupa un lugar importante en la vida de las dos promociones de alumnos de ingeniería que habitan en el campus.

Los alumnos tienen 6 horas de deporte semanal y son agrupados en 15 secciones deportivas (aviron, basket-ball, badminton, equitación, escalada, esgrima, football, golf, handball, judo, natación, raid, rugby, tennis y volley-ball) que determinan las cinco compañías por promoción. Las primera, segunda, tercera, cuarta y quinta compañías componen la promoción roja (años pares), las sexta, séptima, octava, novena y décima compañías forman la promoción amarilla (años impares). Cada promoción es dirigida por un comandante de promoción (generalmente del grado de teniente-coronel) y cada compañía es dirigida por un oficial del grado de teniente, capitán o comandante. Las secciones deportivas son dirigidas por al menos un sub-oficial superior (adjudant, adjudant-jefe, mayor), que son generalmente también los entrenadores de la sección, asistidos por otros sub-oficiales y algunos entrenadores civiles.

Formación militar

Primera cuadrilla de la École polytechnique, desfile del 14 de Julio 2008 en los Champs-Élysées, Paris
Polytechniciens marchando.

Los alumnos de l’X de nacionalidad francesa poseen un staut militar de oficial durante sus estudios. Debido este título, ellos reciben un sueldo. Ellos deben seguir una formación inicial de alumnos oficiales (notoriamente a La Courtine, desde 2009) y un servicio militar o civil durante su primer año de estudios (la duración de este servicio ha sido reducida a 7 meses y medio, formación inicial incluída, debido a la suspensión del servicio nacional y a la reforma « X2000» de la institución).

Todos los alumnos de ingeniería (franceces o no) poseen un uniforme específico a l’X, llamado « Gran Uniforme» (o GU). Este incluye notoriamente un bicornio y una espada (llamada tangente). Es utilizado en ceremonias militares oficiales y en otras manifestaciones como el bal de l’X. Los alumnos ya no utilizan el uniforme durante las clases, salvo en conferencias importantes donde son inivitados expositores exteriores.

Formación en humanidades y ciencias sociales

Los alumnos reciben enseñanzas específicas obligatorias en Humanidades y Ciencias sociales, que se asemejan a cursos de cultura general. Las opciones propuestas incluyen Historia, musica, arquitectura, arte, política, el mundo empresarial …

Profesores de renombre enseñan estas materias, entre ellos Alain Finkielkraut. Jean Delumeau es un ex-professor.

Desde varios años, el departamente de Lenguas, culturas y comunicación ha desarrollado una serie de cursos temáticos de fuerte contenido cultural (teatro británico, cine español, civilización alemana, etc.) y ofrece cursos en 8 lenguas (alemán, inglés, árabe, chino, español, italiano, japonés, ruso). La sección de Francés ha implementado estos últimos años un medio de enseñanza de la lengua y la cultura francesa para los polytechniciens internacionales del programa de Ingeniería y para los estudiantes de Masters (cursos de literatura francesa, historia de la lengua, historia del arte, de civilización, etc.).

Actividades de investigación, formación doctoral y de masters

La École acoge más de 20 laboratorios de investigación, en el mismo campus o en Paris. Estos laboratorios son todos mixtos entre la École polytechnique y grandes organismos de investigación (CNRS, CEA, INRIA, INRA…).

El Centro de investigación en gestión de la École polytechnique fue creado en 1972 y está asociado a CNRS desde 1980.[39]

En el campus se encuentran 100 estudiantes en master y 450 estudiantes en doctorado,[40] que son reclutados principalmente por antecedentes, complementados según la necesidad por entrevistas; aproximadamente la mitad de los alumnos de master son alumnos del ciclo ingénieur y una parte no menor de los alumnos de doctorado provienen del cycle ingénieur o de los masters de la École. Por otra parte, 50 % de los alumnos de master y 35 % de los alumnos de doctorado son de nacionalidad extranjera. Contrariamente a los alumnos ingenieros, los masters y doctorados son clasificados según el año de la obtención del diploma. El término polytechnicien (sin más precisión) se asigna a los alumnos titulados de la formación polytechnicienne (cycle ingénieur, más el cuarto año desde 2004), no se aplica a los titulados de masters o doctores de la 'École.

La dirección de relaciones industriales y socios de la École polytechnique tiene por misión favorizar la innovación y de valorizar las tecnologías salidas del centro de investigación.

Después de la École

Los polytechnicien se incorporan mayoritariamente a empresas privadas en Francia y en el extranjero, y 20 % entre ellos escoge, si su ranking de egreso lo permite, integrar un grand corps de l'État.[6]

Escuelas de formación complementaria

Los alumnos cursan un cuarto año de especialización en una escuela de ingeniería asociada a la École Polytechnique o en el extranjero en una universidad. Las escuelas de especialización son:

  • École nationale de l'aviation civile (ENAC)[41]
  • École nationale de la statistique et de l'administration économique (ENSAE ParisTech)
  • École nationale des ponts et chaussées (École des Ponts ParisTech)
  • École nationale du génie rural, des eaux et des forêts (AgroParisTech-ENGREF)
  • École nationale supérieure de chimie de Paris
  • École nationale supérieure d'électrotechnique, d'électronique, d'informatique, d'hydraulique et des télécommunications (ENSEEIHT)
  • École nationale supérieure de techniques avancées (ENSTA ParisTech), qui a regroupé les anciennes écoles du Génie maritime, des Poudres, et des ingénieurs hydrographes, en ajoutant d'autres options
  • École nationale supérieure de techniques avancées de Bretagne (ENSTA Bretagne, ex-ENSIETA)[42]
  • École nationale supérieure des télécommunications de Bretagne (TELECOM Bretagne)
  • Mines ParisTech
  • Télécom ParisTech
  • École nationale supérieure d'informatique et de mathématiques appliquées de Grenoble (Grenoble INP - ENSIMAG)
  • École nationale supérieure du pétrole et des moteurs (ENSPM)
  • École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris (ESPCI ParisTech)
  • École supérieure d'électricité (Supélec)
  • Institut d'Optique Graduate School (IOGS)
  • Institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement (AgroParisTech, cursus ingénieur agronome), né du regroupement de l'Institut national agronomique de Paris-Grignon, de l'ENGREF et de l'ENSIA
  • Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN)
  • Institut supérieur de l'aéronautique et de l'espace (ISAE-SUPAERO)
  • Certaines majeures de troisième d'années de l'Ecole des hautes études commerciales de Paris (HEC)
  • Université Paris Dauphine, masters et doctorats en finance, mathématiques, économie de l'énergie.

Grands corps de l'État

Plantilla:Article détaillé

Los corps de funcionarios reclutan egresados de la école; los alumnos siguen igualmente una formación técnica, generalmente en una escuela de especialización, pero también, según el caso, una formación para realizar investigación, en Francia o en el extranjero:

  • corps civils d'ingénieurs:
    • ingénieurs des mines (Mines ParisTech, Télécom ParisTech)
    • ingénieurs des ponts, des eaux et des forêts (ENPC, ENAC, ENSG, Météo, AgroParisTech-ENGREF)
  • corps des administrateurs de l'INSEE (ENSAE ParisTech)
  • corps du contrôle des assurances (ENSAE ParisTech)
  • corps d'officiers des armées: armée de terre, armée de l’air (École de l'air), marine nationale (École navale), gendarmerie nationale
  • corps des ingénieurs de l'armement (ENSTA ParisTech, ENSTA Bretagne, ISAE-SUPAERO).

Polytechniciens célebres

Plantilla:Article détaillé

Científicos

La médaille du centenaire rappelle le décret d'origine et les noms des quatre fondateurs : Lamblardie, Monge, Carnot, Prieur.
  • Jean-Baptiste Biot (X1794), físico y astrónomo
  • Louis Poinsot (X1794), matemático
  • Étienne Louis Malus (X1795), físico, descubre la polarización de la luz
  • Louis Joseph Gay-Lussac (X1797), físico y químico
  • Siméon Denis Poisson (X1798), matemático
  • Henri Navier (X1802), ingeniero hidráulico y físico (ecuación de Navier-Stokes)
  • François Arago (X1803), físico y astrónomo
  • Augustin Fresnel (X1804), inventor del lente de Fresnel, concibe la teoría ondulatoria de la luz
  • Augustin Louis Cauchy (X1805), construye las sucesiones de Cauchy y establece criterios de convergencia asociados
  • Gustave Coriolis (X1808), descubre la fuerza de Coriolis
  • Nicolas Léonard Sadi Carnot (X1812), físico que enuncia los dos primeros principios de la termodinámica
  • Michel Chasles (X1812), matemático
  • Gabriel Lamé (X1815), matemático y físico (coeficiente de elasticidad de Lamé)
  • Benoît Paul Émile Clapeyron (X1816), físico
  • Joseph Liouville (X1825), matemático, pone en evidencia los números trascendentes
  • Alfred de Vergnette de Lamotte (X1826), inventor de la conservación del vino a través del calentamiento y de la congelación del vin
  • Auguste Bravais (X1829), físico
  • Jacques-Joseph Ebelmen (X1831), químico, profesor de la école, administrador de la Manufacture de porcelaine de Sèvres en 1845
  • Clément Adrien Vincendon-Dumoulin (X1833), ingeniero hydrografo miembro de la expedición Dumont d'Urville en Oceanía y en el polo austral (1837-1840), hizo el primer cálculo del la inclinación magnética permitiendo así localizar elPolo Sur magnético (23 de enero de 1838)
  • Joseph Bertrand (X1839), matemático analista, construye la teoría de series y de la integración que lleva hoy su nombre.
  • Charles Hermite (X1842), matemático, algebrista de excepción, se le debe avances en teoría de números, en álgebra bilineal, en estructura cuadrática e igualmente la primera demostración de la trascendencia de la constante de Neper.
  • Henri Becquerel (X1872), uno de los tres descubridores de la radioactividad, premio Nobel de física 1903
  • Henri Poincaré (X1873), matemático y físico, creador de una nueva rama de las matemáticas, la topología, uno de los fundadores de la teoría de la relatividad especial
  • Albert Caquot (X1899), ingeniero, constructor de la aeronáutica
  • Étienne Patte (X1912), decano de la Facultdad de ciencias de Poitiers, geólogo, paleontólogo, prehistoriador y antropólogo
  • Edmond Malinvaud (X1942), economista, profesor del Collège de France
  • Benoît Mandelbrot (X1944), descubre la ley de Mandelbrot y promotor de los fractales
  • Albert Jacquard (X1945), ingeniero de Manufactures de l’État en 1948. Integra posteriormente el Institut de statistiques, donde obtuvo el diploma de ingeniero de organización y método. Actualmente célebre como genetista, ensayista y humanista.

Políticos

  • Charles Dupin (X1801), matemático, economista y político
  • François Arago (X1803), astrónomo, diputado y ministro de la segunda Repúblique
  • Charles de Freycinet (X1846), primero ingeniero, presidente del Consejo de ministros francés.
  • Sadi Carnot (X1857) — hijo de Lazare Carnot (fundador de la École), sobrino de Sadi Carnot (X1812, físico) —, presidente de la República
  • Louis-Nathaniel Rossel (X1862), ministro de guerra bajo la Commune de Paris, único oficial con grado (Coronel) en reunir la Commune luego de la derrota de 1870
  • Albert Lebrun (X1890), ministro de las colonias, presidente del senado, luego presidente de la República
  • Jules Moch (X1912), ministro de la tercera y de la cuarta República
  • Valéry Giscard d'Estaing (X1944), ministro de finanzas, luego presidente de la República, académico
  • André Giraud (X1944), ministro de la Industria de 1978 a 1981, luego ministro de Defensa de 1986 a 1988
  • Lionel Stoléru (X1956), ex político, hoy jefe de orquesta, y animador de desayunos polytechniciens
  • Francis Mer (X1959), político francés y jefe de empresa, ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie de mayo 2002 a marzo 2004
  • Christian Sautter (X1960), ministro de la economía, de finanzas y de la industria, de noviembre 1999 a marzo 2000
  • Paul Quilès (X1961), ministro de Defensa en 1985, de correo, de Telecomunicaciones y del Espacio en 1988
  • Alain Lipietz (X1966), economista y diputado europeo (desde 1999)
  • Bruno Mégret (X1969), ex-diputado, fundador del Mouvement national républicain
  • François Loos (X1973), ex ministro delegado a la Industria, consejero regional de Alsace
  • Chakib Benmoussa (X1976), ministro del interior de Marruecos
  • Fabienne Keller (X1979), ex alcalde de Strasbourg
  • Nathalie Kosciusko-Morizet (X1992), ministro de la Ecología de gouvernement Fillon

Industriales y PDG

Les polytechniciens défendirent Paris contre l’invasion étrangère en 1814. Une statue dans la cour d’honneur de l’École rappelle leur participation. Une réplique se trouve à l'école militaire de West Point aux États-Unis.
  • Paulin Talabot (X1819), fondateur de la compagnie du chemin de fer Paris-Lyon-Méditerranée (PLM).
  • Ernest Gouin (X1834), fondateur, Société de construction des Batignolles origine de Spie Batignolles
  • Fulgence Bienvenüe (X1870), père du métro parisien
  • André Citroën (X1898), fondateur de Citroën
  • Conrad Schlumberger (X1898), cofondateur de Schlumberger
  • Eugène Freyssinet (X1899), inventeur du béton précontraint.
  • Jean-Marie Louvel (X1920), industriel, PDG de la CGE et ministre de l'Industrie et du Commerce
  • Jean Panhard (X1933), PDG de Panhard et Levassor
  • Jean Bertin (X 1938), createur de l'Aérotrain
  • Serge Dassault (X1946), ancien PDG de Dassault
  • Claude Perdriel (X1947), PDG de S.F.A. et Le Nouvel Observateur
  • Georges Besse (X1948), ancien PDG de Renault
  • Claude Bébéar (X1955), ancien PDG de AXA
  • Jean-Marie Descarpentries (X1956), ancien PDG de CarnaudMétalBox et de Bull
  • Serge Tchuruk (X1958), ancien PDG de Total puis du groupe Alcatel
  • Jean-Louis Beffa (X1960), ancien PDG de Saint-Gobain
  • Pierre Faurre (X1960), ancien PDG de SAGEM membre de l'Académie des sciences
  • Michel Pébereau (X1961), ancien PDG et actuel président du conseil de surveillance de BNP Paribas
  • Étienne Pflimlin (X1961), président de la Confédération du Crédit mutuel
  • Pierre Richard (banquier) (X1961), président de Dexia
  • Pierre Gadonneix (X1962), PDG d'EDF
  • Didier Lombard (X1962), ancien PDG de France Télécom
  • Guy Dollé (X1963), ancien PDG d'Arcelor
  • Thierry Desmarest (X1964), ancien PDG et actuel président du conseil d'administration de Total
  • Jean-François Roverato (X1964), ancien PDG d'Eiffage
  • Noël Forgeard (X1965), ancien PDG d'Airbus
  • Pierre-Henri Gourgeon (X1965), PDG de Air France-KLM, ancien DG de l'aviation civile
  • Yves Carcelle (X1966), PDG de Louis Vuitton
  • Jean-Martin Folz (X1966), ancien PDG de PSA Peugeot Citroën
  • Gérard Mestrallet (X1968), PDG du groupe Suez
  • Bernard Arnault (X1968), PDG de LVMH
  • Denis Ranque (X1970), ancien PDG de Thales
  • Paul Hermelin (X1972), PDG de Capgemini
  • Xavier Huillard (X1973), DG de Vinci
  • Patrick Kron (X1973), PDG d'Alstom
  • Luc Vigneron (X1973), PDG de Thales (ex Nexter, ex GIAT Industries)
  • Carlos Ghosn (X1974), PDG de Nissan et de Renault
  • Gilles Michel (X1974), ancien DG de Citroën
  • Jean-Marie Messier (X1976), ancien dirigeant de Vivendi Universal
  • Antoine Frérot (X1977), DG de Veolia Environnement
  • Fabrice Brégier (X1980), DG d'Airbus
  • Frédéric Oudéa (X1981), PDG de Société générale
  • Jacques Veyrat (X1983), Président de Robert Louis-Dreyfus

Militares

  • Louis Huguet-Chateau (X1794) général français du Premier Empire, Chevalier d'Empire, Officier de la Légion d'Honneur et Héros des Guerres napoléoniennes, mort au combat à Montereau en 1814
  • Louis Eugène Cavaignac (X1820), général français, il refusa le bâton de maréchal de France.
  • Pierre Joseph François Bosquet (X1829), maréchal de France
  • Pierre Philippe Denfert-Rochereau (X1842), défenseur de Belfort durant la guerre de 1870
  • Auguste Louis (X1846), général, défenseur de Sedan durant la guerre de 1870
  • Louis-Émile Bertin (X1858), mathématicien, inventeur, ingénieur général du Génie maritime, créateur de la marine militaire du Japon à l'ère Meiji et des arsenaux de Kure et de Sasebo.
  • Michel Joseph Maunoury (X1867), officier d’artillerie, maréchal de France à titre posthume, défenseur de Paris pendant la bataille de la Marne.
  • Joseph Joffre (X1869), maréchal de France
  • Ferdinand Foch (X1871), maréchal de France
  • Émile Fayolle (X1873), maréchal de France
  • Robert Georges Nivelle (X1876), généralissime pendant la Première Guerre mondiale.
  • Alfred Dreyfus (X1878), officier français accusé à tort de haute trahison en 1894 (voir Affaire Dreyfus)
  • Louis Bernard (X1884), général de division, croix de guerre 14/18 Française (5 Palmes) et Belge (2 Palmes)
  • Louis-Lazare Kahn (X1914), amiral, dirige les constructions navales des Forces navales françaises libres
  • Honoré d'Estienne d'Orves (X1921), officier de marine et résistant
  • Jean Bastien-Thiry (X1947), lieutenant-colonel, fusillé suite à l'attentat du Petit-Clamart contre le général de Gaulle
  • Caroline Aigle (X1994), commandant, première femme française pilote de chasse, décédée en 2007

Otros polytechniciens célebres

  • Auguste Comte est entré dans les premiers à l'École polytechnique en 1814. La promotion 1814 a été renvoyée à la Restauration en 1816 pour indiscipline. Un concours a été organisé. Auguste Comte n'a pas réintégré l'école après ce concours.
  • Charles Renouvier (X1834), philosophe.
  • Jules Léquyer (X1874), philosophe.
  • Auguste Detœuf (X1902), auteur des Propos d'O. L. Barenton, confiseur… et premier PDG d'Alstom.
  • Alfred Sauvy (X1920 S), démographe, économiste, professeur au Collège de France
  • Jean Borotra (X1920), joueur de tennis, un des Quatre Mousquetaires
  • Yves du Manoir (X1924), aviateur, rugbyman. Très doué pour le rugby, particulièrement au poste de demi d'ouverture, il intègre le XV de France en 1925. Il est nommé meilleur joueur français à l'issue de son 1Plantilla:Er match. Il est sélectionné 8 fois, dont une fois capitaine. Il se tue dans un accident d'avion à 23 ans. Le terrain d'honneur de l'École polytechnique porte son nom.
  • Maurice Allais (X1931), « prix Nobel » d'économie en 1988
  • Jean Couzy (X1942), alpiniste, premier homme avec Lionel Terray à avoir gravi le mont Makalu en 1955, membre de l'expédition dirigée par Maurice Herzog de 1950 qui a conquis l'Annapurna, premier des 14 sommets de 8.000 mètres gravi sur le globe
  • Jean-Jacques Servan-Schreiber (X1943), cofondateur du magazine L'Express, ancien secrétaire général du Parti radical
  • Jacques Attali (X1963), conseiller du président François Mitterrand et écrivain
  • Thierry de Montbrial (X1963), directeur de l'IFRI

Candidatos admisibles célebres

  • Évariste Galois, qui allait devenir un mathématicien célèbre, échoua par deux fois à l'oral (concours 1828 et 1829), n'hésitant pas à jeter une éponge à la tête de son examinateur en mathématiques, celui-ci étant incapable de comprendre sa démonstration. Il finit par entrer à l'École préparatoire (l'actuelle École normale supérieure, rue d'Ulm) dont le niveau était considéré à l'époque comme inférieur à celui de l'X.
  • Le mathématicien Charles Hermite fut reçu mais réformé en 1843 pour raison médicale à cause d'un pied-bot.[43]
  • L'ingénieur et industriel Gustave Eiffel, admissible en 1852, échoua aux épreuves orales.

Professeurs célèbres (qui n'ont pas été élèves)

Traditions

« Pour la patrie les sciences et la gloire », sur le fronton du pavillon Joffre dans le jardin Carré, Paris.
« Pour la patrie les sciences et la gloire » détail, Paris.
La garde au drapeau de l'École, lors du défilé militaire du 14 juillet 2008.

Sa devise,   énoncée par Napoléon, marque l’attachement de l’École polytechnique au service de l’État et à l’excellence scientifique.

Deux promotions d’élèves ingénieurs se trouvent simultanément à l’École polytechnique, l'une étant une promotion « jône», l'autre « rouje». Il était autrefois possible de savoir à quelle promotion appartenait un élève en regardant la couleur du liseré de son uniforme d’intérieur: il était jaune pour ceux entrés une année impaire et rouge pour ceux entrés une année paire. Si les uniformes d’intérieur ont depuis longtemps disparu, l’habitude d’appeler jônes les élèves issus de promotions impaires et roujes ceux de promotions paires s’est maintenue: la promotion d'un élève correspond à son année d'entrée à l'École, contrairement à de nombreuses autres écoles d'ingénieur. Les deux couleurs rouge et jaune font désormais partie de l'identité de l’X et on les retrouve notamment sur le logo officiel de l’École. La couleur de la promotion quant à elle figure à l'intérieur du bicorne, sur le ruban sur lequel figure le matricule de l'élève, correspondant en général au classement d'entrée.

Le symbole de l’école, le X, vient peut-être de l'importance des mathématiques dans son enseignement. Le symbole pourrait venir des deux canons croisés, symboles de l'artillerie, qui figurent sur le blason de l'école: mais cette explication n'est pas attestée par des sources vérifiables. Selon une autre explication, les polytechniciens sont appelés X pour leurs compétences en mathématiques: « C'est de l'importance même donnée à l'enseignement de l'ana [comprendre analyse], dont toute la langue est faite d'x et d'y qu'est venu le surnom d'X, universellement admis pour désigner les polytechniciens. Tous ne sont pas des mathématiciens, mais tous possèdent une connaissance du calcul différentiel et intégral suffisante pour les applications des services publics. Disons de plus qu'en des époques troublées, comme 1830 et 1848, cette connaissance leur a particulièrement servi à ne pas être confondus avec tous les individus qui se déguisaient en polytechniciens pour se donner l'apparence de défenseurs de l'ordre. À ceux-là, quand on les rencontrait, on leur demandait la différentielle de sin x ou de log x, et, s'ils ne répondaient pas, on les faisait immédiatement coffrer.»[44] Cependant, dans l'édition de 1994,[45] l'origine de ce sobriquet est de nouveau rapportée au croisement des canons sur le blason, et au sein de l'école, c'est cette explication qui fait l'unanimité malgré l'absence de sources littéraires. La Khômiss elle-même, garante des traditions de l'école depuis le Plantilla:XIXe siècle, défend cette interprétation.

Les élèves de classe préparatoire scientifique de première année sont appelés « 1/2» (appellation désuète), les élèves de deuxième année « 3/2», les redoublants de cette deuxième année sont appelés « 5/2» et les triplants « 7/2» (cas très rare). Avant 1935, les appellations étaient respectivement bizut, carré, cube, bicarré, ce qui a été conservé dans les classes littéraires. Les bizuts devaient le respect aux puissances (carrés, cubes, bicarrés). Au début des années 1930, professeurs et examinateurs ont observé un accroissement de la différence de niveau entre la classe de première année (qui était la classe de mathématiques spéciales préparatoires dite hypotaupe) et la classe de seconde année (la vraie classe de mathématiques spéciales dite taupe). Peu à peu, une distinction s'est opérée entre élèves de première année (hypotaupins ou hypos) et de seconde année (taupins). À partir de 1936, les élèves de mathématiques spéciales préparatoires, puis de mathématiques supérieures à partir des années 1940, furent appelés demis (au sens demi-taupins). Comme ce sont des puissances 1/2, on les appelle racines dans certains lycées. Dans cette logique, les 3/2 sont les élèves qui ont fait une hypotaupe puis une taupe, tandis que les 5/2 sont ceux qui ont fait une hypotaupe puis deux taupes. Ces appellations peuvent s'interpréter par rapport à l'année d'intégration de l'École polytechnique, puisque l'intégrale mathématique d'une variable x entre 1 et 2 (entre la première et la deuxième année de taupe) vaut 3/2 (\int_1^2 X\, \mathrm{d}X = 3/2) et l'intégrale entre 2 et 3 vaut 5/2.

Une ancienne règle de savoir-vivre veut que le tutoiement soit de rigueur entre anciens élèves appartenant à des promotions de moins de dix ans d’écart, ou à l'initiative du plus ancien en cas d'écart supérieur[46] ·[47] ·.[48]

Gags de défilés

Une délégation d’élèves de l’École polytechnique défile le 14 juillet, le 8 mai ou le 11 novembre en tête de l'Armée française sur les Champs-Élysées. Jusqu'en 1994, ce défilé était l’occasion d’un gag, souvent en forme de clin d'œil à l’actualité. La tradition rapporte en outre que divers objets pouvaient être lâchés, dans le but de perturber la cadence des élèves de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, défilant juste derrière (une autre école, l'École des officiers de la gendarmerie nationale, est de nos jours intercalée, pour éviter ces incidents). L'encadrement met tout en œuvre pour empêcher ces perturbations.

  • 11 novembre 1983: port de lunettes de soleil
  • 14 juillet 1988: port de lunettes de soleil, caractères "X 86" pixellisés sur le haut des bicornes des deux groupes défilant, passage devant la tribune présidentielle en sifflant "Au près de ma blonde..."
  • 14 juillet 1991: botte de cresson dans les poches (Édith Cresson était alors Premier Ministre)
  • 14 juillet 1992: port d'un foulard bleu (Référendum sur la ratification du traité de Maastricht)
  • 14 juillet 1994: port d'un ruban rouge, symbole de la lutte contre le sida

La barre du tailleur

  • À une certaine époque, les mesures pour le grand uniforme étaient prises dès le résultat du concours. Seuls les candidats susceptibles d'être admis passaient voir le tailleur. Le nombre de points requis était appelé « la barre du tailleur»: ceux qui avaient un total supérieur à la barre pouvaient aller chez le tailleur pour se faire faire le prestigieux grand uniforme.

Exemples d'argot de l'X

Argot Signification Origine
Casert Logement des élèves Casernement
Cocons Élèves de l'X d'une même promotion Co-conscrit
Magnan Restaurant des élèves Une magnannerie est un lieu d'élevage des vers à soie, donc des cocons, donc des élèves de l'X
Tangente Epée du polytechnicien Elle se porte tangente aux bandes du pantalon
Klub Les cinquante derniers du classement de sortie Une tradition d'excellence
Portier 50×10{{{1}}} en partant de la fin du classement de sortie Premier (ou dernier selon le sens) du Klub

Les activités connexes à la formation

Le grand hall vu du lac.

Vie associative

L'association qui fédère les activités associatives de l'école s'appelle la Kès. En son sein existent près de deux cents binets, nom que les élèves donnent traditionnellement à leurs associations. Par exemple, on peut noter un grand nombre d'actions sociales regroupées dans l'ASK (Action Sociale de la Kès), comme par exemple l'Association Tremplin qui agit en faveur de l'ouverture sociale des Grandes Écoles, ou encore le programme Une Grand Ecole Pourquoi Pas moi. On peut noter également un grand nombre d'activités ludiques comme le BôBar (bar des élèves), le Styx (soirées de l'école), l'Atelier des Ondes (ADO, studio d'enregistrement à disposition des élèves), le JTX (couverture vidéo des événements de l'école), ou la chorale...

Les doctorants possèdent leur propre association, appelée X'Doc; les élèves masters possèdent également la leur. Ces associations développent des liens avec la Kès pour créer une vie de campus commune aux trois populations d'étudiants.

Associations sportives

De nombreuses manifestations sportives ouvertes à d'autres universités sont organisées par les sections: le prestigieux Challenge international d'escrime de l'École polytechnique, le tournoi de judo de l'École polytechnique, le Raid Polytechnique X-Areva, les 24 heures Natation, le Jumping international de l'X, le Tournoi Sportif des Grandes Écoles de la Défense

Jumping de l’X

Tous les ans depuis 1982, la Société hippique de l'X organise le Jumping de l'X[49] sur le terrain en gazon au bord du lac de l'École polytechnique. Depuis 2006, le Jumping est international (CSI**). C'est le premier concours de saut d'obstacles international organisé uniquement par des étudiants, et le seul avec celui organisé par les étudiant de l'EDHEC Business School (CSI** de l'EDHEC Jumping). En outre, le terrain de compétition est un terrain en herbe, sensible aux conditions météorologiques. Les meilleurs cavaliers internationaux (Alexandra Ledermann, Éric Navet, Roger-Yves Bost…) ont déjà participé à cet événement à la dotation importante (Plantilla:Nau).

Student Yachting World Cup (SYWoC)

La Coupe du monde de voile des étudiants (ancienne Course de l'Europe) est organisée chaque année depuis 1979 par des étudiants de l'École polytechnique. Elle réunit chaque année les meilleurs équipages de voile des universités du monde entier.

Plantilla:Ancre Le Raid X-Areva

Le Raid X-Areva est un raid nature multisports par équipes de deux. Il est ouvert uniquement aux étudiants et accueille 240 participants. Il est organisé entièrement depuis 2003 par une équipe d'élèves de l'École polytechnique. Ce Raid se veut sportif, mais également convivial et bon enfant. Il a habituellement lieu en fin de printemps.

Le Raid X-Areva propose un programme d'épreuves sur deux ou trois jours pour un parcours total d'environ Plantilla:Nau. Épreuves: VTT, course à pied, course d'orientation, run and bike, rappel et tir à l'arc. Une épreuve de nuit est parfois organisée. Le niveau des épreuves les destiné à un public sportif mais pas forcément spécialiste des raids.

Challenge international d'escrime de l’X

Le challenge international d’escrime de l’X existe depuis 1993. Entièrement organisé par des élèves de l’École, il s’agit d’une compétition d’un niveau international.

Le challenge dure trois jours et se déroule intégralement sur le campus de l'École polytechnique. En marge des combats entre escrimeurs de haut niveau, il y a également un tournoi universitaire ouvert aux étudiants français, et un tournoi réservé aux cadres militaires de l’École. À cette occasion sont organisées des exhibitions d’escrime handisport et de rapides initiations à ce sport pour les spectateurs curieux. Traditionnellement le challenge se termine par une soirée étudiante sur le campus de l'Ecole ou dans Paris.

Point Gamma

Chaque année au mois de juin est organisée sur le campus de l'école une soirée appelée « Point Gamma», qui regroupe entre 4.000 et 8.000 étudiants venus d'Île-de-France pour la plupart. Intégralement organisée par des élèves de l'école, cette soirée est souvent considérée comme une des plus grandes soirées étudiantes de France.

Historiquement, le « Point Gamma» est le nom du moment où le soleil passe sur l'équateur à l'occasion de l’équinoxe de printemps. Émile Lemoine, élève en 1861, est le premier à avoir alors imaginé un rite consistant à faire un défilé dans la cour de l'École en l'honneur du soleil. Désormais cette tradition est oubliée et ne reste du « Point Gamma» initial que le nom.

Bal de l’X

Tous les ans, la Société amicale des anciens élèves de l'École polytechnique organise conjointement avec des élèves le bal de l'X. Le bal a généralement lieu sous les dorures de l'Opéra Garnier, et est organisé sous le haut patronage du président de la République. Événement important de la vie nocturne parisienne, il attire chaque année de nombreuses personnalités. C'est une tradition de longue date de l'école puisque le premier bal remonte à 1879.

Junior-Entreprise

XProjets est la Junior-Entreprise de l'école.[50]

Elle est membre de la Confédération nationale des Junior-Entreprises. XProjets réalise des missions dans des domaines variés (ingénierie, informatique, conseil…) afin de permettre aux élèves d'appliquer leurs connaissances théoriques à des cas concrets.

Elle a été créée en 1981. Elle a créé X-Entreprises, association devenue par la suite indépendante et qui organise l'X-Forum, un des plus grands salons étudiants des grandes écoles.

X-Passion

X-Passion est une revue éclectique entièrement conçue par les élèves: les articles sont rédigés et mis en page par eux. Ces articles évoquent des sujets divers ayant trait à la vie des élèves ou abordent des thèmes plus généraux. X-Passion paraît trois fois par an et chaque numéro comporte un ou plusieurs dossiers. Au cours des dernières années, René Girard, le mal, la Méditerranée, le cinéma, et l'opéra ont par exemple été traités. Cette revue offre ainsi un panel étendu d’informations et d’analyses en matière d’histoire, de littérature, de philosophie, d’art mais aussi de sport et de sciences. Elle reflète les passions des élèves, variées et parfois spécialisées. X-Passion propose aussi à ses lecteurs d’aller à la rencontre de personnalités politiques, intellectuelles ou artistiques.

Centres présents sur le campus

Bibliothèque centrale de l’X (BCX)

La bibliothèque assure une triple mission, documentaire, culturelle et patrimoniale. Elle fournit aux enseignants, aux élèves, aux étudiants et aux chercheurs les documents nécessaires à leurs activités et offre à l'ensemble des personnels les moyens d'une pratique culturelle individuelle ou collective. Par dérogation, elle conserve les archives de l’établissement depuis 1794, ainsi que les collections muséographiques. La bibliothèque présente également durant l’année des expositions scientifiques et culturelles.

Les collections comportent environ 300.000 volumes, dont 2.230 titres de périodiques sur support papier. Il y a 622 titres de périodiques vivants auxquels il faut ajouter l’accès à 7.000 périodiques en ligne.

La coopération avec les laboratoires, qui participent à l'enrichissement de la base de données bibliographiques, permet d'avoir actuellement 220.986 monographies et 2.500 périodiques décrits, recensés et localisés dans toute l'École. Tous les domaines sont représentés, des sciences pures à la littérature et aux loisirs en passant par les langues, les sciences humaines et économiques. Près de 60.000 documents de ces domaines sont en libre accès dans les différents niveaux de la bibliothèque. Une grande partie du fonds documentaire de la bibliothèque est conservée dans des magasins fermés et est empruntable.

Armes de l'École

Centre de ressources historiques

Le Centre de ressources historiques (CRH), est le service de la bibliothèque chargé du fonds de livres anciens (16.000 livres datés de 1456 à 1850), des archives historiques et scientifiques de l'École, ainsi que des collections muséographiques et iconographiques. Les collections du Centre de Ressources Historiques sont consultables sur rendez-vous.

Centre Poly-Média (CPM)

C'est le centre de création, de production, de diffusion et de stockage des documents contribuant à l'enseignement, à la recherche ou à la communication et à la vie de l'École, quels que soient les supports utilisés (livres, polycopiés de cours, livrets, plaquettes, affiches, CD Rom, etc.). Il met en ligne et diffuse les documents officiels de l'École. Il en assure l'archivage et la gestion juridique et graphique. Il est communément appelé L'imprimerie.

Éditions de l’École polytechnique

Les éditions de l'École polytechnique mettent à la disposition d'un large public une partie des ouvrages édités pour un usage interne et proposent ainsi une sélection de cours, d'actes de séminaires, d'ouvrages divers, de CD Rom, de vidéocassettes.

Directeurs généraux de l’École

  • Jacques-Élie Lamblardie: décembre 1794-octobre 1795
  • Lazare Nicolas Marguerite Carnot: octobre 1795-mars 1796
  • général Michel Vandebergue Deshautschamps: mars 1796-octobre 1797
  • Gaspard Monge: octobre 1797-janvier 1800
  • Louis-Bernard Guyton-Morveau: janvier 1800-juillet 1804
  • général comte Jean-Girard Lacuée: 1804-1815
    • général comte Jean François Aimé Dejean: 1814[51] ·[52]
  • général baron Bouchu: 1816-1822
  • général comte de Bordesoulle: 1822-1823
  • général Henri Gatien Bertrand: 1830-1831
  • général Henri-Alexis de Tholosé (X 1797): 1831-1839
  • général comte Jean Baptiste Philibert Vaillant (X 1807): 1839-1840
  • général Jean-Baptiste-Charles Gauldrée-Boilleau (X 1802): 1840-1844
  • général Jacques Aupick (St-Cyr): 1847-1848
  • général Jean-Victor Poncelet (X 1807): 1848-1850
  • général Michel Bizot (X 1811): 1851-1854
  • général Paul Boutault (X 1811): 1854-1854
  • général Charles Eblé (X 1818): 1854-1860
  • général Grégoire Coffinières de Nordeck (X 1829): 1860-1865
  • général Idelphonse Favé (X 1830): 1866-1870
  • général Juste Frédéric Riffault (X 1832): 1870-1873
  • général Jean Durand de Villers (X 1833): 1873-1876
  • général Adrien Charles Salanson (X 1843): 1876-1878
  • général Alfred Pourrat (X 1843): 1878-1880
  • général Jacques Léon Gallimard (X 1845): 1880-1883
  • général Gustave Coste (X 1848): 1883-1884
  • général Charles Henri Joseph Pellé (X 1845): 1884-1886
  • général Paul Laurent Albert Barbe (X 1851): 1886-1888
  • général Pierre Charles Henry (X 1847): 1888-1889
  • général Léon Charles Borius (X 1854): 1889-1892
  • général Paul Gebhart (X 1852): 1892-1894
  • général Louis André (X 1857): 1894-1896
  • général François Victor Gaston Toulza (X 1857): 1896-1900
  • général Jean Debatisse (X 1862): 1900-1902
  • général Louis François Villien (X 1863): 1902-1904
  • général Jules Albert Corbin (X 1864): 1904-1905
  • général Louis Félix Lhéritier (X 1864): 1905-1908
  • général Louis Kreitmann (X 1870) (1851-1914): 13 de Introduce un número del 1 al 12 de 1908 - 11 de Introduce un número del 1 al 12 de 1911
  • général Alfred Marie Cornille (X 1874): 1911-1914
  • général Jean Antoine Henri Bourgoignon (X 1880): 1914-1916
  • général Fernand-Alexandre Curmer (X 1874): 1916-1919
  • général Étienne Fillonneau (X 1885): 1919-1921
  • général Georges Bunoust (X 1886): 1921-1923
  • général François Royer (X 1895): 1931-1934
  • général Louis Léon Hachette (X 1897): 1934-1937
  • général Maurice Dumontier (X 1902): 1937-1939
  • général Mathieu Fontana (X 1898): 1939-1940
  • général Henry Calvel (X 1902): 1940-1941
  • général Pierre-Servais Durand (X 1904): 1941-1943
  • général René Claudon (X 1911): 1943-1944
  • général Pierre Brisac (X 1919 SP); 1945-1950
  • général Marcel Jouvet (X 1919 SP): 1950-1953
  • général Gustave Leroy (X 1925): 1953-1957
  • général Jacques de Guillebon (X 1930): 1957-1959
  • général Raymond Tissier (X 1927): 1959-1962
  • général Bernard Cazelles (X 1931): 1962-1965
  • général de brigade Ernest Mahieux (X 1930): 1965-1968
  • général François Buttner (X 1937): 1969-1972
  • général Pierre Briquet (X 1938): 1973-1976
  • général Jean Augier (X 1942): 1976-1978
  • général Jacques Saunier: 1978-1982
  • général Daniel Guillon (X 1951): 1982-1985
  • général Dominique Chavanat: 1985-1988
  • général Paul Parraud (X 1958): 1988-31 juillet 1993
  • général de division Henri Marescaux (X 1963): 1Plantilla:Er août 1993 - 31 janvier 1997
  • général de brigade Jean Novacq (X 1967): 1Plantilla:Er février 1997 - 31 juillet 2000
  • général de corps aérien Gabriel Berger de Nomazy: 1Plantilla:Er août 2000 - 31 juillet 2005
  • général de division Xavier Michel (X 1972): depuis le 1Plantilla:Er août 2005 (général de division depuis le 1Plantilla:Er août 2006)

Association des anciens élèves

L'association des anciens élèves est dénommée « Association des anciens élèves et diplômés de l'École polytechnique – AX» depuis le 30 septembre 2008 et accueille désormais, en plus des anciens élèves (titulaires du diplôme d'ingénieur), les actuels élèves de la formation polytechnicienne ainsi que les diplômés et étudiants de doctorat et de master. Les anciens élèves se regroupent selon des centres d'intérêt, quelquefois avec d'autres écoles. Certains groupes sont très actifs.[53]

L'AX est aussi l'éditeur de la revue mensuelle de la communauté et du réseau Polytechnique, La Jaune et la Rouge,[54] dont le titre fait référence aux couleurs historiques de l'École.

Bibliographie

  • Pierre Miquel, "Les Polytechniciens", Plon, 1994. (ISBN 2-259-18033-7)
  • Plantilla:Ouvrage
  • Plantilla:Ouvrage

Notes et références

Plantilla:Références

Voir aussi

Plantilla:Autres projets

Articles connexes

  • Études supérieures en France
  • Études d'ingénieurs en France

Livres

  • Pierre Miquel, "Les Polytechniciens", Plon, 1994. (ISBN 2-259-18033-7)
  • Jean-Pierre Callot, Histoire de l'École polytechnique, ses légendes, ses traditions, sa gloire, Les Presses Modernes, 1958.
  • Paul Tuffrau, École polytechnique, Livre d'or, Raymond Lacour, éditeur, 1962.
  • Ambroise Fourcy et Jean Dhombres, Histoire de l'École polytechnique, Belin, 1987.
  • La formation supérieure des ingénieurs et cadres, actes du colloque organisé dans le cadre du bicentenaire de l'École Polytechnique et du Conservatoire national des arts et métiers, Éditions Jean-Michel Place, 1994.
  • Albert-Lévy et G. Pinet L'argot de l'X illustré par les X Préface d'Armand Silvestre, Emile Testard, Paris, 1894, xiii + 327 pp.
  • Fabrice Mattatia Dictionnaire d'argot de l'X. Tout sur le langage des polytechniciens, 2×10{{{1}}} édition, Lavauzelle, 2004.

Enlaces externos

Referencias

  1. a b c d Plantilla:Lien web
  2. Plantilla:Lien web
  3. Code de l'éducation
  4. Arrêté du 12 septembre 2005 relatif à l'exercice de la tutelle du ministre de la Défense sur divers organismes publics confié à la délégation générale pour l'armement (JO du 7 octobre 2005)
  5. Los cupos reservados son sin embargo muy pocos en comparación a la vía de admisión después de clases preparatorias.
  6. a b Rapport d'activité 2007, pages 36
  7. École polytechnique, Centre de ressources et de prospective sur les Grandes écoles d'ingénieurs et de gestion, et sur les emplois d'encadrement.
  8. Palmarès des écoles d'ingénieurs après prépa, L'Étudiant.
  9. Le Nouvel Économiste 2008: Écoles d'ingénieurs après prépa, Le Nouvel Économiste.
  10. Challenges 2007: Écoles d'ingénieurs après prépa, Challenges.
  11. Palmarès général des écoles d'ingénieurs en France, Le Point.
  12. Voir le site du MIT
  13. Cf. le site de l'université Columbia
  14. Classement international professionnel des établissements d'enseignement supérieur
  15. The Top 200 Universities in the World, The Times, 2010.
  16. Academic Ranking of World Universities - 2010.
  17. http://www.webometrics.info/rank_by_country.asp?country=fr
  18. a b c Ivor Grattant-Guinness, « The "École Polytechnique", 1794-1850: Differences over Educational Purpose and Teaching Practice», The American Mathematical Monthly, Vol. 112, No. 3 (Mar., 2005), pp. 233-250.
  19. Charles Coulston Gillispie, 2004, p. 527
  20. Charles Coulston Gillispie, 2004, p. 528
  21. Histoire de l'École polytechnique sur le site du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
  22. Terry Shinn, L'École polytechnique, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, Paris, 1980.
  23. Voir Lévy-Pinet, L'argot de l'X, 1894:
    X: Caractère emprunté à l'algèbre, qui désigne à la fois le polytechnicien et l'École polytechnique elle-même. Un X est pour tous les taupins un être en quelque sorte supérieur, pour lequel ils professent le respect et l'admiration. L'étude presque exclusive des mathématiques, son état d'abstraction dans les x et les y, lui ont valu depuis longtemps d'être désigné par ce symbole. Un jour, Charlet, pendant une séance du conseil, s'amusa à représenter un polytechnicien frappé d'apoplexie. Le médecin accourt, lui ouvre la veine: il n'en sort pas une goutte de sang… seulement des x et des y.
    L'X désigne aussi l'école. La renommée, la popularité de l'institution sont encore si grandes que dans les collèges et les pensionnats, presque tous les bambins de la classe de huitième déclarent qu'ils se destinent à l'X.
  24. Plantilla:Ouvrage, p.163
  25. Plantilla:Ouvrage, p.73
  26. Plantilla:Ouvrage, p.166
  27. Hervé Le Bras, « Les origines d'une promotion de Polytechniciens», Population (French edition), 38×10{{{1}}} année, No. 3 (May - Jun., 1983), pp. 491-502.
  28. Plantilla:Ouvrage, p.152
  29. Hors élèves ingénieurs. À la rentrée 2007, 58 en Plantilla:1re année et 69 en 2×10{{{1}}} année. 95 élèves ingénieurs sont en outre inscrits en 2×10{{{1}}} année de master dans le cadre de leur 4×10{{{1}}} année. (Rapport d'activité 2007, pages 39-40).
  30. l'article 3 du décret n° 95-728 du 9 mai 1995 (BOC, p. 3923; BOEM 814) relatif aux conditions d'admission à l'Ecole Polytechnique
  31. Instrucción n° 13074/DEF/DGA/DPAG del 27 de diciembre de 1982 relativa a las normas médicas de aptitud aplicables a los candidatos a la Ecole Polytechnique y a sus alumnos, a los candidatos a la admisión en los cuerpos militares del ejército, como también al personal de estos corps (BOC/PP p. 5317) [1]
  32. Classement du dernier appelé en 2008 par école pour la filière MP et Classement du dernier appelé en 2008 par école pour la filière PC
  33. Palmarès: le classement 2011 des prépas sur L'Étudiant. Consulté le 15 avril 2011.
  34. Rapport d'activité 2007, page 25
  35. Étienne Schweisguth, Revue française de sociologie, Vol. 22, Nº 4 (Oct. - Déc., 1981), p. 655-657.
  36. Présentation du plan ministériel « Égalité des chances» par Hervé Morin, le 13 septembre 2007.
  37. Marie Christine Kessler, « Les grands corps de l'État», Presses de la FNSP, 1986, p. 56; Euriat Michel, Thélot Claude (1995). « Le recrutement social de l'élite scolaire en France», Revue française de sociologie, 36 (3), p. 403-438
  38. Pierre Bourdieu, La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Minuit, 1989 (avec Monique Saint Martin).
  39. Site du Centre de Recherche en Gestion
  40. Hors élèves ingénieurs. À la rentrée 2007, 58 en Plantilla:1re année et 69 en 2×10{{{1}}} année. 95 élèves ingénieurs sont en outre inscrits en 2×10{{{1}}} année de master dans le cadre de leur 4×10{{{1}}} année. (Rapport d'activité 2007, pages 39-40)
  41. http://www.enac.fr/pages/formation/fi/formation_ipcac_01.htm#
  42. http://www.ensieta.fr/index.php/actualite/cursus-polytechniciens
  43. Voir par exemple biographie sur bibmath, et mention R pour « réformé» en 1843 sur le site de la bibliothèque de l'X, rubrique famille polytechnicienne.
  44. L'argot de l'X (1894), Lévy et Pinet
  45. Dictionnaire d'argot de l'X (1994), Fabrice Mattatia, 2×10{{{1}}} édition éd. Lavauzelle, 2004
  46. Une règle de savoir-vivre qui date du fondateur, Monge. Pour mémoire se référer à l'article « Absorption» in L'instruction popularisée par l'illustration, Louis-Nicolas Bescherelle, Marescq et Cie, 1851: « (...) cérémonie annuelle imaginée pour dépayser les nouveaux, les initier aux habitudes de l'École, les accoutumer au tutoiement.»
  47. Voir aussi L'argot de l'X: 150 ans de la vie à l'Ecole polytechnique, Albert Lévy, Gaston Pinet, Roger Smet, École polytechnique (France), Éditions du Layet, 1981
  48. Voir encore page 103 in La décision politique: attention ! une république peut en cacher une autre, Michèle Alliot-Marie, Presses universitaires de France, 1983: « Le tutoiement de mise, quels que soient les rapports hiérarchiques ou d'âge, entre des hommes issus de Polytechnique ou des Ponts, (...)»
  49. Site de l'événement
  50. Site internet de la Junior-Entreprise XProjets
  51. Plantilla:Fastes L-H
  52. Plantilla:DicoParlement
  53. Cf. liste des groupes
  54. Site de la revue

Wikimedia foundation. 2010.

Mira otros diccionarios:

  • Ecole Polytechnique — École polytechnique « Polytechnique » redirige ici. Pour le film québécois sorti en 2009, voir Polytechnique (film). Cette page d’homonymie répertorie les différents s …   Wikipédia en Français

  • Ecole polytechnique — École polytechnique « Polytechnique » redirige ici. Pour le film québécois sorti en 2009, voir Polytechnique (film). Cette page d’homonymie répertorie les différents s …   Wikipédia en Français

  • École Polytechnique — « Polytechnique » redirige ici. Pour le film québécois sorti en 2009, voir Polytechnique (film). Cette page d’homonymie répertorie les différents s …   Wikipédia en Français

  • École polytechnique — zu Paris, älteste polytechnische Schule, Vorschule für Offiziere (Genie und Artillerie) und höhere technische Beamte, wurde 1794 als École centrale des travaux publics gegründet, dann unter Napoleon I. (1804) militärisch organisiert. Zur Meldung… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • école polytechnique — ÉCOLE POLYTECHNIQUE. s. f. École destinée à former des élèves pour l Artillerie, le Génie militaire et les autres branches du service public. Nul ne peut être admis aux Écoles, spécialement affectées à ces diverses branches, qu il n ait passé par …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • École Polytechnique — Infobox University name = École Polytechnique motto = Pour la Patrie, les Sciences et la Gloire mottoeng = For Homeland, Sciences and Glory established = 1794 type = Military college head label = General head = Xavier Michel city = Paris country …   Wikipedia

  • École polytechnique — « Polytechnique » redirige ici. Pour le film québécois sorti en 2009, voir Polytechnique (film). Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Ecole Polytechnique — Vorlage:Infobox Hochschule/Logo fehltVorlage:Infobox Hochschule/Träger fehltVorlage:Infobox Hochschule/Professoren fehlt École polytechnique Motto Pour la Patrie, les Sciences, la Gloire Gründung 1794 Ort Palaiseau, in der nähe von Paris …   Deutsch Wikipedia

  • Ecole polytechnique — Vorlage:Infobox Hochschule/Logo fehltVorlage:Infobox Hochschule/Träger fehltVorlage:Infobox Hochschule/Professoren fehlt École polytechnique Motto Pour la Patrie, les Sciences, la Gloire Gründung 1794 Ort Palaiseau, in der nähe von Paris …   Deutsch Wikipedia

  • École Polytechnique — Vorlage:Infobox Hochschule/Logo fehltVorlage:Infobox Hochschule/Träger fehltVorlage:Infobox Hochschule/Professoren fehlt École polytechnique Motto Pour la Patrie, les Sciences, la Gloire Gründung 1794 Ort Palaiseau, in der nähe von Paris …   Deutsch Wikipedia